je suis un·e animal·e

À lire sur ÉQUIMAUVES, dans la revue ASSIÉGÉ-E-S, et dans le zine LITTLE RADICAL SECRETS |1|.

 » Spéciale dédicace à tellement de personnes. Mais tellement. Des camarades de lutte aux beaufs violents des stades de foot, des camarades de classe aux intellectuel·le·s dans la négation, de monsieur et madame tout-le-monde des valeurs et la bien-pensance à notre génie Victor Hugo, des personnes adeptes du blackface à celles qui défendent l’art et le folklore colonial, du chauffeur de bus aux jeunes bourgeois éméchés, des féministes blanches qui prétendent connaître le racisme parce qu’elles sont femmes à celles qui disent que les femmes racisées divisent la leur lutte, des gardiens de la « paix » de mon ancienne cité aux passants qui se croient tout puissants, du prêcheur du dimanche à l’institutrice éclairée, des faux·sses subversif·ve·s qui ne font que reproduire les oppressions à ceulles qui pratiquent l’immobilisme en toute bonne conscience, des amnésiques des pratiques et héritage coloniaux à ceulles qui enterrent les dossiers et scandent la gloire, des flics qui étouffent aux gouvernements qui font de même en toute légitime défense… Enjoy, il y en a pour tout le monde.

Lis bien.

Je suis un·e animal·e.

Un·e animal·e domestique ici. Un·e animal·e de traite là-bas.

Je suis un·e animal·e. Je suis un·e animal·e sauvage et dangereux·se. Je suis à abattre par défaut. Je suis une cible à chasser par sécurité ou par gloire. Je suis un·e animal·e que tu remplaces à l’infini. Je suis un·e animal·e de cirque. Je suis un·e animal·e dompté·e. Je suis un·e animal·e sauvage maîtrisé·e par des dompteurs·trices qui suscitent admiration. Les coups de fouets me remettent à ma place. Je suis un·e animal·e que tu empailles et exposes dans tes musées. Je suis un·e animal·e qui tourne en rond dans tes zoos pour montrer à tou·te·s ma différence inférieure. J’ai été ta lucrative bête de foire. Je suis un·e animal·e dont tu t’appropries le labeur. Je suis un·e animal·e sur lequel tu t’assois.

Tu me coupes les mains. […] « 

© mattahan

© mattahan