nyansapo

Dans le cadre du festival européen afroféministe NYANSAPO organisé par le collectif MWASI à Paris du 28 au 30 juillet 2017, je donne un atelier sur le blanchiment et la dépolitisation de l’intersectionnalité le 29 juillet à 11h. Nous poursuivrons la réflexion entamée à Clermont-Ferrand en avril 2017 dans le lors de la table ronde sur l’afroféminisme lors du Festival contre le Racisme et les Descriminations de l’UNEF.

NYANSAPOFEST.ORG


Le collectif afroféministe MWASI organisateur du festival revient sur la polémique autour de l’événement et la création d’espace de non-mixité :

Festival NYANSAPO : Avoir l’audace d’être une organisation noire politique et autonome

« La semaine dernière, on nous a traitées de racistes, un nombre incalculable de fois. On nous a accusées de promouvoir la ségrégation raciale et la discrimination. On a comparé notre association au Ku Klux Klan. On nous a dit d’arrêter de fantasmer. On nous a dit d’arrêter de “se prendre pour des Américaines”. On nous a dit qu’on était coloristes et qu’on allait trier les gens sur leur degré de mélanine. On nous a dit que ce genre d’initiative comme la nôtre menait à des génocides, à la Shoah. On nous a conseillé d’aller vivre en Afrique du Sud. On nous a dit d’aller vivre “là où il y a que des Noir.e.s”. On nous a dit de retourner en Afrique. On nous a dit qu’on menait une guerre contre les hommes blancs, contre les femmes blanches (à qui on faisait de la peine), contre les Blanc.he.s en couple avec des Noir.e.s, contre les Blanc.he.s qui avaient des enfants métisses, contre les Blanc.he.s qui avaient des ami.e.s noir.e.s.. On nous a dit qu’on voulait détruire le pays, la République, l’humanisme, l’universalisme. On nous a dit qu’on était stupides, connes, inutiles. On nous a dit qu’on était des putes. On nous a dit qu’on était des salopes. On nous a dit qu’on était des connasses. On nous a dit d’aller nous faire enculer (on a perdu le compte), d’aller nous faire exciser (4 fois), d’aller nous faire sodomiser par divers animaux. On nous a dit qu’on allait nous “péter la gueule” (2 fois), nous “défoncer”, nous “faire la peau”. On nous a traitées de guenons (3 fois), de mules, de sous-merdes (2 fois).

Pour rappel, on organise des ateliers pour femmes noires et métisses sur le racisme, l’hétéro-patriarcat et le capitalisme. Donc bon. Avec cette information en tête on relit le premier paragraphe et on respire. »

A LIRE EN ENTIER EN CLIQUANT ICI

Retrouvez toutes les infos sur le festival sur  NYANSAPOFEST.ORG
Site du collectif afroféministe MWASI : MWASICOLLECTIF.COM